Nice-EcoFarm Association pour le développement de fermes urbaine à Nice

 

NiceEcoFarm : Pour la création et l’implantation d’une Ferme Urbaine Pilote au sein de l’ÉcoVallée.


NiceEcoFarm : Pour la création et l’implantation d’une Ferme Urbaine Pilote au sein de l’ÉcoVallée de Nice.


Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available

Une Ferme Pilote au cœur de la Vallée Niçoise

Une EcoFerme à mi-chemin entre...

Ferme traditionnelle et Ferme Urbaine

Entre Tradition et Innovation

Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available

Une Ferme Pilote au cœur de la Vallée Niçoise

Une EcoFerme à mi-chemin entre...

Ferme traditionnelle et Ferme Urbaine

Entre Tradition et Innovation

Image is not available
Image is not available
Image is not available
Image is not available
Slider

NiceEcoFarm lauréat du concours international 100 Projets Pour Le Climat !

Merci à tous !  Grâce à vous, le projet NiceEcoFarm fait partie des 100 élus dans le cadre de l’initiative « 100projetspourleclimat » organisé par le Ministère Français de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, lancé le 22 avril 2016 et soutenu par la COP21.
Après avoir passé le cap des présélections, lors de la sélection finale, des votants de toutes nationalités nous ont placé dans le top100 des projets innovants dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ces 100 projets seront accompagnés dans leur développement.
Une nouvelle étape pour ce projet d’agriculture urbaine et périurbaine, merci !
Grâce à ce résultat, nous avons pu rencontrer des acteurs majeurs des domaines concernés, tisser un réseau multidisciplinaires de partenaires possibles et commencé à établir les coûts des technologies présentés. il reste à trouver la structure de gouvernance idéale permettant de faire le lien entre public et privé tout en préservant l’intérêt territorial car c’est avant tout, un projet citoyen.

Nice-EcoFarm lauréat de 100ProjetsPourLeClimat

Le projet de ferme urbaine à Nice a reçu le soutien du Ministère de l'environnement


Promouvoir l’installation d’une Ferme Pilote au cœur de l’ÉcoVallée de Nice

Pour créer un démonstrateur Agricole et Technologique innovant.


Une Unité Urbaine
  • Urbaniser la production d’éléments essentiels de notre alimentation, en Aquaponie, Hydroponie et petit maraîchage en agroécologie, via l’agriculture urbaine, le tout en auto-suffisance énergétique voire en production d’énergie.
  • Créer des circuits ultra-courts pour les ménages, restaurateurs et restauration collective de Nice.
  • Traiter localement les biodéchets et permettre un mini-élevage de poules (ludique et écologique) dans les quartiers.
  • promouvoir les solutions existante (jardins partagés, toits potagers etc.).
  • Créer des fermes pédagogiques, des lieux de rencontre, d’échange, de mixité intergénérationnelle et sociale.
Une unité Rurale/Périurbaine
  • Intégrer le démonstrateur de Ferme Urbaine au milieu rural Niçois, augmenter les surface gérées en Agroécologie, optimiser la production « indoor » aux besoins et fournir aux villages des vallées la possibilité de produire une bonne partie du nécessaire.
  • Produire de l’énergie sur de plus grandes surfaces (Serres, terres en Jachère) et linker le tout en Grid Rural de production d’énergie (FarmGrid), ce qui ferait sens dans le projet FlexGrid de la Région
  • Encourager les communes rurales du Moyen-Pays à inclure les citoyens dans la démarche et s’engager en sus, vers des solutions de production d’énergie participative comme les pico-hydroliennes, les fermes solaires etc.
Évolution du concept en SmartGrid
  • Accorder le principe du SmartGrid avec les capacités de production énergétique en zones urbaines, périurbaines et rurales, créant ainsi un réseau, le FarmGrid. Tout en y associant du micromaraîchage biologique intensif et une culture indoor efficiente.
  • Ce réseau de production en zone agricole pourrait s’accompagner d’une unité de stockage énergétique (techno Lithium, CAES ou Gaz) de stockage collectif en froid solaire qui, en zone urbaine, peut aussi servir à la climatisation des bâtis ou pour la gestion de la chaleur fatale.

Pourquoi cette Association de concepts ?


Avant-propos: Malgré le potentiel évident du développement de l’agriculture urbaine (et périurbaine), ce projet n’est pas une énième Start-Up animée par un intérêt économique, c’est avant tout un projet de territoire, une initiative citoyenne pour que la Métropole ait la main sur l’autonomie alimentaire, l’indépendance énergétique et participe à la Transition territoriale tout en ouvrant l’innovation et l’expérimentation à des partenaires privés, à une synergie locale via une SCIC, un GIP ou un PTCE, une sorte de « corporate sourcing » local à l’instar de ce qui s’est fait avec le projet Nice-Grid tout en y agrégeant les valeurs de l’ESS aux impératifs de Développement Durable de notre territoire.
Un démonstrateur de FarmGrid en AgroÉnergie, s’inscrirait parfaitement dans le projet FlexGrid régional et donc avec l’InterFlex local, dans ce nécessaire élan commun vers l’innovation pour le développement durable. Nous pouvons être « décroissants » en optimisant nos usages, notre consommation, nos flux de distribution tout en respectant nos sols et en produisant des aliments sains au plus proche de nos cuisines centrales ou des lieux de distribution.

____________

En 2050, 80% de la population mondiale vivra dans les villes ! Il nous faudra produire au plus près des consommateurs et ce, en consommant le minimum de ressources tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité inéluctable et les villes qui s’inscrivent dans la recherche d’une indépendance alimentaire et énergétique auront un temps d’avance.
Les territoires ruraux et les agriculteurs participeront aussi à cet effort via un maillage territorial performant où les ressources locales reprendront la place qui leur revient, que ce soit dans la grande distribution ou le commerce de proximité mais aussi dans leurs capacités à produire de l’énergie et à la stocker, via des micro-grid ruraux.

Le potentiel environnemental, économique et social d’une agriculture urbaine bien anticipée est énorme, mais elle ne peut naître qu’en concertation et bonne entente avec l’agriculture rurale, deux modes de production qui sont complémentaires et que l’on ne doit pas opposer. C’est le but de ce démonstrateur périurbain, parvenir à faire entrer la verticulture dans les villes tout en redonnant plus de poids aux terres agricoles de périphérie dans le circuit alimentaire urbain,.
De la production de denrées alimentaires et d’énergie en passant par le recyclage des biodéchets, la promotion des circuits-courts, la mixité sociale et la pédagogie, cet écosystème performant peut radicalement transfigurer la vie de nos villes et de nos territoires.
Parce que l’agriculture urbaine dessinera les villes de demain et l’agroécologie nos territoires périurbains, parce que les circuits-courts seront la force et la cohésion de nos communautés. Parce que la production d’énergie peut être associée aux capacité agricoles et que d’un réseau mixte, collaboratif et participatif peut naître une véritable connexion entre zones rurales et urbaines.


Depuis 2015, en amont de la COP21, nous essayons de sensibiliser les pouvoirs publics locaux sur la nécessité d’une implication publique forte dans la transition écologique, l’ agriculture urbaine, l’autosuffisance alimentaire et énergétique ainsi que sur l’installation d’une structure innovante, d’un démonstrateur porté par la collectivité qui permettrait d’aborder ces enjeux tout en gardant le contrôle sur son impact économique, social et territorial.

Une tâche qui dans notre région prend tout son sens, au regard de notre climat et des possibilités que nous offrent la nature et notre patrimoine agricole. Une gouvernance ouverte permettrait de tisser un partenariat public/privé et d’y inclure la société civile, qui est le moteur actif de la transition, via une SCIC ou un GIC et de faire naitre ce projet, si possible avec la Collectivité Territoriale car l’indépendance alimentaire et énergétique d’une ville devrait être portée par le Service Public et les collectivité territoriales en collaboration avec les groupes privés.

%

Env 40% des fruits et légumes présents sur les rayons biologiques sont importés

  • Importation Bio 40%
  • Production Locale Entre 3 & 5%
  • Production Régionale 15%
  • Production Nationale 40%

Manger local a du sens ! Favoriser la qualité alimentaire, encourager l’économie locale, soutenir les agriculteurs locaux, créer des emplois, préserver les terres nourricières et la biodiversité, réduire l’impact environnemental de son assiette.

Production d’énergie primaire en PACA (2014)

  • Hydraulique 66%
  • Bois 23%
  • Photovoltaïque 6%
  • Déchets 2%
  • éolien 1%
  • solaire thermique 1%
  • Autres 1%
  • Dont apport National (Gaz-Thermique-Nucléaire) 56%

La production alimentaire de demain


Pour que l'agroécologie devienne la norme dans la plaine du var L'agroécologie va changer notre rapport à la terre et à notre nourriture. Avec un rendement égal sans pesticides ni intrants nocifs.

Agroécologie

L'aquaponie à Nice, solution idéale pour les apports en proteines. L'Aquaponie, en zone périurbaine ou dans le cadre d'une Ferme Urbaine, offre des protéines animales en sus de la production végétale.

Aquaponie

Pour que les circuits-courts soient au coeur même de l'EcoVallée Des circuits-courts et ultra-courts pour réduire les émissions de CO2 et favoriser les échanges locaux entre consommateurs et agriculteurs.

Circuits-courts

Énergie renouvelable, des FarmGrid pour les SmartGrid dans le projet FlexGrid de la région PACA Organiser la production d'énergies renouvelables au sein d'un réseau afin d'optimiser sa redistribution et obtenir un maillage intelligent et fonctionnel.

Energie

L’urgence d’agir localement


Demain, des Hypers en mutation et des centre commerciaux qui accueilleront des fermes ?

De nouveau partenariats s’installent entre les distributeurs et les producteurs, la grande distribution évolue et prend conscience de la grande valeur des productions locales. Et à tel point que certains distributeurs achètent du foncier agricole à proximité des points de vente pour y installer des exploitants. Des projets de centres commerciaux prévoient même l’installation de fermes pédagogiques et de production dans leur enceinte ! Comme ici à Ezanville, près de Paris, où le groupe Sopic entend construire une zone d’activités dans laquelle une ferme pédagogique de 2,5 hectares trônera au milieu des enseignes.

Même tendance avec le groupe AkuoEnergy qui par le biais de sa fondation a conclu un partenariat avec le groupe Carrefour pour installer une ferme en permaculture à coté d’un centre commercial. La ferme Akuo du Gâtinais.

Une ferme pilote devrait avoir sa place dans l’EcoVallée pour redonner à l’agriculture toute son importance au cœur de la distribution alimentaire et des centres de consommation urbains. Des partenariats avec les distributeurs et les producteurs peuvent venir consolider les circuits-courts et donner un nouveau souffle à notre production locale.

Une ferme au coeur d'un centre commercial

Il nous faut produire des aliments sains localement, redonner aux agriculteurs la place prépondérante qu’ils tenaient dans la Vallée du Var. Cette ÉcoVallée et l’OIN qui l’accompagne, doivent amorcer, au delà des considérations d’aménagement du territoire et de la gestion du foncier, le rapprochement entre le « vivre sa ville » et  le « manger sain ». Mais nous pouvons aussi produire directement dans la cité avec l’Urbagriculture.

Le monde entier s’accorde à dire qu’il faut repenser notre manière de consommer, qu’il faut tendre vers les circuits-couts et l’autonomie alimentaire pour nos villes au risque de les voir sombrer en cas de crise alimentaire. Las, de plus en plus de produits alimentaires étrangers arrivent dans les assiettes des Niçois, sans contrôle, au grand dam des agriculteurs locaux, mettant ainsi la pression sur les conditions de production locale, parcourant parfois des milliers de kilomètres alors qu’ils sont ou peuvent être produits sur place (grâce à l’agroécologie mais aussi grâce à l’agriculture urbaine). Les territoires doivent prendre les responsabilités environnementales qui leur incombent, et cela implique l’agriculture, sa transformation et son introduction dans les villes. La belle ville d’Albi, par exemple, a déjà commencé cette nécessaire transformation qui devrait être la norme dans les territoires.

Le monde entier envie notre climat, notre nature, notre position entre mer et montagnes, notre qualité de vie.
Le monde entier vient chez nous pour ces mêmes raisons, alors,  montrons l’exemple !
Montrons qu’il est possible de bien produire, de bien consommer, de réduire notre impact sur la nature tout en produisant de l’énergie !


L’agriculture dans la Vallée


Tableau comparatif des surfaces utilisées pour la Bio dans les AM par rapport au reste de la Région PACA.

De nombreuses associations œuvrent depuis des années pour que l’on redonne à cette vallée la splendeur de son passé de « Grenier Niçois ». Des associations qui ont depuis longtemps conscience de la valeur agraire de ces zones maraîchères au rendement hors-normes, ces terres alluvionnaires qui ont fourni pendant des générations les succulents ingrédients de nos recettes locales et qui par la même, ont contribué au rayonnement de notre Cité.
Si comme le promeut la Métropole, la Plaine du Var doit être un modèle d’aménagement et d’urbanisme basé sur une stratégie de développement durable, elle manque un peu d’ambition tant sur le plan de l’Agriculture dite « classique » : maraichère, viticole, oléicole et horticole dans la plaine et ses coteaux que sur le plan de l’Agriculture Urbaine, qui trouverait portant toute sa place au sein de ce nouveau centre ville en devenir !

Nous souhaitons donc, pour participer à cette évolution nécessaire du territoire, l’installation d’une Ferme Pilote dans cette Vallée. Nous ne manquons pas de compétences sur ce territoire, tant sur le plan de l’agriculture que sur le plan technique avec la Chambre d’Agriculture, le CREAT, Le Lycée Agricole d’Antibes, le pôle INRA, Sophia, la SDS (Sustainable Design School de Nice) etc.
Ce serait une convergence exemplaire des acteurs du territoire, du public, du privé, de la société civile, des institutions, dans l’accompagnement d’un projet utile à l’évolution de la cité de demain. Des investisseurs engagés dans la transition peuvent éventuellement participer à sa gouvernance si le projet est monté en SCIC.


Ferme Urbaine et Ferme Pilote Périurbaine


Les habitants, les écoles, les maisons de retraites, les entreprises, doivent avoir la possibilité de se fournir en aliments sains et produits dans une zone géographique restreinte, la Métropole Nice Cote d’Azur doit promouvoir une agriculture locale, aider à son développement sur le territoire mais aussi accompagner les changements de mode de production pour faire entrer l’agriculture urbaine dans notre belle cité de Nice. Avec des micro-fermes urbaines, des jardins partagés autogérées, des toits potagers mais aussi en augmentant les possibilités de production et de rendement en zone périurbaines, avec des fermes innovantes, auto-suffisantes et bien-sûr, en dévellopant une agriculture urbaine performante.

Au delà de l’enjeu économique certain et de leurs atouts dans la lutte contre le changement climatique (en diminuant drastiquement l’énergie dépensée lors du transport), les fermes urbaines reconnectent les citadins à la production alimentaire et valorisent les surfaces sous-utilisées et réduites, même sans jardin. De même, en zone périurbaine, une ferme de taille convenable (sans songer à un monstre industriel) peut combiner aquaponie biosourcée, polyculture, production de spiruline, petit élevage, auto-suffisance énergétique, économie circulaire, compostage coopératif etc.

Une ferme pilote de ce type serait un démonstrateur parfait de ce que notre région peut produire sur de petites surfaces. Cela pourrait, dans un futur proche, permettre l’installation d’éco-hameaux dans la haute-vallée où l’on peut imaginer de petits hameaux de retraite participatifs, avec des terres bio cultivées par de jeunes agriculteurs, des postes de médecines douces, de l’aquaponie, de l’énergie renouvelable, de la mixité intergénérationnelle et de l’indépendance pour tous.


l’Agriculture Urbaine dans le Monde


Ailleurs dans le Monde, de grandes villes cherchent à obtenir plus d’autonomie alimentaire, comme ci-contre avec ce magnifique projet à Amsterdam dans lequel la ville s’engage. Mais aussi à Montréal, Berlin, Paris et bien d’autres…Pourquoi pas Nice ?

Allons-nous attendre et regarder le monde bouger alors que nous avons l’une des plus belles régions ? Une région où ce type de production atteindrait des rendements records !

Demain, nos quartiers urbains, nos villages seront dotés de structures de production locales autonomes, zéro déchets et efficientes énergétiquement, où le cycle de l’eau et de la vie serait au cœur même de nos espaces communs.
Prenons les devants et créons aujourd’hui le monde de demain !